Safedreams

Forum consacré à Terry Gilliam
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Terry Gilliam : L'enfance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Safedreams
Sait raconter de belles fables
avatar

Nombre de messages : 831
Localisation : Arles
Date d'inscription : 17/11/2004

MessageSujet: Terry Gilliam : L'enfance   Jeu 18 Nov à 3:17

TERRENCE VANCE GILLIAM.

Date de naissance: le 22 novembre 1940.(soit 66 ans)
Lieu de naissance: Medicine Lake près de Minneapolis. Minnesota. Il est l'aîné d'une famille de 3 enfants.
Marié à Maggie Weston. Trois enfants.
Lieu de résidence: Londres. (depuis les années 70)

BIOGRAPHIE.

(basée sur la traduction du livre « Dark Knights and Holy Fools » de Bob Mc Cabe et quelques extraits du livret du DVD de « Sacré Graal » de Christophe Goffette)

L’enfance.

Terry est donc né en novembre 1940 dans dans une petite ville rurale du Minnesota à l’ouest de minnéapolis. Le père de Terry était alors VRP pour le café Folger mais a arrété cette profession qui le rendait souvent absent pour devenir charpentier. Terry était l'aîné d’une famille de 3 enfants. Il avait une soeur et un frère cadet de dix ans plus jeune que lui. (ce dernier est maintenant détective dans le département de police de Los Angeles).

Terry a passé sa petite enfance à jouer dans les bois et les marécages de sa petite ville de Medicine lake. Terry décrira plus tard « Medicine Lake » comme une ville à la Fargo en référence au film des frères Cohen :« Je pense qu’elle est une influence dans le sens ou j’ai grandi à la campagne. C’était une existence à la Tom Sawyer-Huckleberry Finn».

Terry raconte également dans le livre Dark Knights and Holy Fools , quelques anecdotes croustillantes sur sa petite enfance. Par exemple alors qu’il était encore petit, il était fasciné par les toilettes ! En effet, les Gilliams n’avaient pas de toilettes à l’intérieur de leur maison et il fallait se déplacer à l’arrière du jardin pour pouvoir faire lla commission (le « biffy » comme ils l’appelaient à l’époque). Un jour, la famille Gilliam a enfin pu s’acheter des toilettes intérieurs.Terry a ensuite démantelé les anciens pour récupérer le bois. Avec cette matière et l’aide de son père, il s’est alors construit une très haute cabane dans un arbre. Et c’est dans cette cabane que Terry a commencé à dévorer des livres pour enfants comme Lassie . On y parlait de loyauté, de relations de maitre à serviteur comme dans les contes pour enfants. Tout en s’interressant aux bandes dessinées Terry a également commencé à lire des classiques comme Moby dick (que l’on retrouvera dans Munchausen), L’ile au trèsor et Ivanhoé (que l’on retrouve un peu dans Jabberwoccki). L’imagination de l’enfant stimulé par ces grandes histoires, le poussera finalement à couper les branches de son arbre pour en faire des épées et se servira des grandes boites de crèmes glacées pour s’improviser des casques dans le but de jouer aux chevaliers avec ses camarades.

Autant qu’il se souvienne Terry a depuis sa tendre enfance dessiné. Il n’a aucun souvenir du temps ou le dessin n’a pas fait parti de sa vie. Il a été très rapide à se rendre compte qu’il avait un don pour le dessin et surtout pour en tirer partie… Ainsi, à l’école primaire les enfants de sa classe étaient supposés dessiner un animal uniquement de mémoire au retour d’un voyage scolaire dans un zoo local. Terry raconte « J’avais un livre dans mon casier avec une image d’ours. Alors j’ai dessiné une très belle image de l’ours et j’ai gagné une boite de crayons en retour. Ma carrière d’artiste a donc débuté en trichant et j’ai toujours continué à le faire depuis »…
Cette passion pour le dessin a continué de se développer mais jamais d’une manière sérieuse dans le sens ou il voulait faire de l’art. Il a commencé à dessiner des cartoons en s’aidant du livre « How To Draw Cartoons ». Ces dessins étaient toujours ludiques et amusants comme des martiens grotesques et fantaisites. Avec ce don Terry a toujours su qu’il pouvait divertir et surprendre son entourage.

Il y a eu beaucoup d’autres choses qui ont influencé Terry dans son enfance. Ainsi, son père lui a offert un coffret de magie qui a nourri son goût pour l’illusion et peut être lui a appri à manipuler les choses pour atteindre ce qu’il veut. Il y a également les nombreux cirques ambulants qui passaient dans la petite ville de Medicine, abreuvant l’imagination du petit Gilliam en lui offrant un monde de femmes à barbes, d’anomalies humaines et de nains.

Puis la radio a joué un grand rôle dans son imaginaire. Terry dévorait les contes fantastiques de Let’s Pretend , les histoires d’aventures à travers l’émission The Green Horment et les drames où les enquêtes de détectives dans l’émission The Shadow . Terry : « Je pense que la radio a développé mon sens visuel, puisque j’ai dû tout imaginé ! J’ai toujours pensé qu’on peut créer une meilleure atmosphère à la radio qu’au cinéma parce que tout le travail d’imagination appartient à l’auditeur ».

Enfin, la télévision l’a influencé par l’intermédiaire des shows du comédien Ernie Kovacs. C’est par l’intermédiaire de ce support qu’il s’est immergé pour la première fois dans les comédies suréalistes.

Les Gilliams se déplacent en 1951 du Minnesota vers l'air plus sec de l’ouest de la Californie en raison de l'asthme de la petite soeur. « En allant à LA, je pensais rencontrer des cowboys et des indiens… » Cette vision très attendue du far west encore sauvage va être déçue par la triste réalité de lotissements se ressemblant tous…

Venant d’une communauté isolée presbytérrienne du midwest, la religion a donc beaucoup influencé la famille Gilliam. Et venir en californie n’a rien changé à cela. Terry est donc devenu le chef de la jeunesse de l’église du coin et a reçu une éducation religieuse avant d’aller au lycée. A un moment, Terry voulait même dédier sa vie à l’église en devenant missionnaire. « Il y avait deux bonnes choses à cela. La première était le sens de la communauté qui me manque encore aujourd’hui. La seconde était les histoires fantastiques de la bible qui sont vraiment de beaux contes. Nos enfants (il est père de trois enfants) ont été élevé sans religion et je ne peux m’empécher de penser que c’est bien dommage car ces histoires de la bible sont très puissantes et ils ne les connaissent pas. Peut être que je leur en ai privé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Terry Gilliam : L'enfance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» THE ZERO THEOREM - Terry Gilliam
» [Terry Pratchett ] Les annales du disque-monde Tome 6 : Trois soeurcières
» Brazil
» [Drame Fantastique] Tideland de Terry Gilliam (2006)
» Terry Gilliam : son ‘Don Quichotte’ n’a plus de budget

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Safedreams :: Catégorie à modifier... :: Tout sur Terry Gilliam Himself-
Sauter vers: