Safedreams

Forum consacré à Terry Gilliam
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Brian DePalma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
milbart
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 1948
Age : 23
Localisation : NANTES (44)
Date d'inscription : 03/06/2009

MessageSujet: Brian DePalma   Dim 28 Aoû à 15:50

Il n'a pas grand chose de "gilliamesque", rien, en fait, mais vu que ce topic c'est un peu la brocante aux cinéastes majeurs...

Vu Blow Out (1981): gros claquage du beignet d'un point de vue technique, si l'histoire en elle-même suivait (je parle pas des thématiques qui s'en dégagent mais du sypnosis pur, du déroulement de l'histoire, etc) on tiendrait là ze film parfait. Mais déjà, ca fait du bien par où ca passe.

Ces cadrages chirurgicaux, cet emploi de la bande-son parfait, ce "voyeurisme auditif" fascinant, ce plan-séquence "tournoyant" interminable, et encore cet amour pour les gares...

Bref, la mise en scène c'est la classe totale, et la conclusion, malgré le fait qu'elle soit l'aboutissement d'une deuxième partie un peu bordélique (l'histoire en elle même, qui est coupable de quoi, je trouve qu'on s'en fout un peu, par contre le traitement c'est du grand art !) est d'un jusqu'au boutisme plus que respectable: en fait, c'est pas l'histoire d'un meurtre, ni une love story...mais l'histoire d'un gars qui vit dans son monde "sonore" et est, durant tout le film, à la recherche du cri parfait...

A noter que le grand Gégé double Travolta, ce qui fait un peu sourire...

Prochaines séances: Body Double/Pulsions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milbart
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 1948
Age : 23
Localisation : NANTES (44)
Date d'inscription : 03/06/2009

MessageSujet: Re: Brian DePalma   Dim 28 Aoû à 18:23

Body Double: au delà de l'aspect "matons du film voyeuriste sournois et poisseux à la DePalma" s'affiche une œuvre assez géniale, où les références hitchcockiennes se mêlent à la dépravation d'une époque. C'est un film sur tout un nouveau cinéma, où règne le sexe sale, parfois mêlé d’hémoglobine juteuse. En soi, c'est un film sur une époque, dans tous ses travers, son clinquant, sa vulgarité incroyable, ses bassesses artistiques...Du vrai DePalma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milbart
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 1948
Age : 23
Localisation : NANTES (44)
Date d'inscription : 03/06/2009

MessageSujet: Re: Brian DePalma   Lun 29 Aoû à 14:26

PULSIONS: La première demie-heure, c'est la perfection même. What a Face

Une atmosphère qui laisse deviner un Polanski-like (Répulsion, en moins stressant tout de même), une illustration crédible de la femme (bien plus sensuelle que Nancy Allen soit dit en passant, érotique en diable), cette scène géniale du musée (un je de chat et de souris), et ce thème musical splendide...(par contre, pas pigé l’utilité de la maladie vénérienne...hallucination due aux remords ?).

Un peu déçu donc..que ca vire au thriller à la sous-Psycho dans sa deuxième partie.
Efficace, certes.
Mais De Palma n'est jamais aussi bon, dans ce film, que quand il se joue des archétypes féminins: la "putain", la "mal baisée" (et même l'infirmière...)

Reste un dernier élan fulgurant appuyant le propos parano (la dernière scène).

Voilà. Une demie franche réussite.

Inégal mais pas inintéressant du tout.

Z'en pensez quoi ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milbart
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 1948
Age : 23
Localisation : NANTES (44)
Date d'inscription : 03/06/2009

MessageSujet: Re: Brian DePalma   Lun 29 Aoû à 17:54

Bon...

Furie: un autre De Palma des seventies, l'époque prodigieuse, l'époque vicieuse, l'époque passionnante, l'époque expérimentale...qui sera symboliquement conclue par le génial et pervers Body Double, mise en abime de tout cela, LE film d'une époque et d'un nouveau cinéma.

Alors alors alors...

C'est sympa.

C'est un mélange hybride entre un film d’espionnage et un spectaculaire récit gorasse se basant sur un surnaturel à la Stephen King (encore une fois, les analogies dans la carrière de De Palma reviennent au galop), le tout demeurant assez inégal. Pour ma part, je retiendrais un final assez fou (à la Cronenberg, dans son apothéose...si je peux me permettre cette comparaison un peu douteuse) et une technique que je trouve admirable, qui est cet effet tout bête de zooms simultanés et brutaux, ce genre de montage choc qui me fait penser à...Seul Contre Tous. Je ne sais pas si je suis très clair ?...Donc effectivement, c'est un peu le genre d’œuvres de commande que De Palma peindra avec ironie par la suite...

C'est un film qui, en deux mots pour un De Palma, déçoit un peu. Bien que ce ne soit qu'une oeuvre de commande, raillée parfois par un véritable auteur à bord. Exemple ? De Palma n'aime pas les poursuites en voitures. On lui ordonne. Que fait-il ? Il filme la scène dans le brouillard !


Prochain De Palma Mamia: Le Bûcher des Vanités

Au pire, je pourrais faire de ce topic mon blog, au point où j'en suis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milbart
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 1948
Age : 23
Localisation : NANTES (44)
Date d'inscription : 03/06/2009

MessageSujet: Re: Brian DePalma   Lun 29 Aoû à 18:23

Je voulais parler du jump cut en fait.
Utilisée par Alfred sur Les Oiseaux.
Wow, merci, milbart ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milbart
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 1948
Age : 23
Localisation : NANTES (44)
Date d'inscription : 03/06/2009

MessageSujet: Re: Brian DePalma   Lun 29 Aoû à 23:30

Le Bûcher des Vanités: le genre de films qui me plaît d'emblée. Des grosses stars, un soin technique, une bonne histoire.

Pas aussi flamboyant que je l'attendais, mais tout de même bien foutu. Une œuvre sur l'Amérique en tant que melting-pot foireux, bardé qui plus est de journaleux à sensations et de politiques grossiers. Il ne faut pas sortir d'Oxford pour découvrir que ca sent la satire à plein nez. C'est un film d'un grotesque ahurissant, une grosse comédie sociale en fait, du ridicule des persos au ridicule de certains plans (à la Jean-Marie Poiré, en contre-plongée, etc). De Palma use sa technique (en soit, c'est un peu un best-of) au servie d'une sorte de farce satirique qui se suit vraiment sans déplaisir, au final réjouissant...avec son lot de références dramaturgiques et de musique classique.

J'ai bien aimé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milbart
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 1948
Age : 23
Localisation : NANTES (44)
Date d'inscription : 03/06/2009

MessageSujet: Re: Brian DePalma   Mar 30 Aoû à 15:32

Snake Eyes donc...Et hop hop hop hop ! Le genre de films multi-diffusés, dispo dans tous les discounts, mais que je loupe tout le temps...

J'ai l'impression que la sortie du film correspond au moment où De Palma commença à être reconsidéré par les canards 'prestigieux" tel que Les Cahiers, Télérama et compagnie.

Paradoxalement, c'est par des sortes de récréations auteuristes que certains auteurs, à la même période, tel Cronenberg ou Ferrara justement, malgré le lot de claques filmiques du passé, deviennent de véritables génies aux yeux de cette élite critique.

Car si Snake Eyes n'est franchement pas inintéressant, ce n'est pas le De Palma définitif, du tout. Mais c'est de la bonne ouvrage...

Sur le papier, c'est un thriller typique à twists, comme il commence à en pleuvoir durant les années 90.

Mais à l'image, c'est un défilé de prouesses visuelles, du pur De Palma, qui reproduit ici toutes les techniques adoptées depuis Phantom of The Paradise.

Dans un film où le sous-texte est l'omniprésence des écrans et la multiplicité des points de vue, ca y va, et même les flash-backs deviennent des caméras de surveillance, pause incluse dans la narration (une façon pour De Palma de jouer avec son medium).

Split-screens, plans séquences, plans aériens, plans subjectifs géniaux...une réussite technique pour un film divertissant. Malgré tout ca, j'ai l'impression que De Palma a du mal à finir son film...malgré vingt premières minutes délirantes où Cage cabotine à donf !

Voilà...faudrait que je m'achète le bouquin sur De Palma "Les mille yeux de De Palma"...car là, je deviens accroc... :crazymeuh:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brian DePalma   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brian DePalma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parlons un peu de ... Brian DePalma
» Body Double (1984, Brian De Palma)
» La BO de Brian Tyler
» Brian Kendrick viré !
» Freddie, John, Roger et Brian====> Queen...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Safedreams :: Catégorie à modifier... :: Les autres auteurs Gilliamesques-
Sauter vers: