Safedreams

Forum consacré à Terry Gilliam
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alex Proyas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lulut
Amateur de mescaline
avatar

Nombre de messages : 787
Age : 40
Localisation : alsace
Date d'inscription : 21/11/2004

MessageSujet: Alex Proyas   Ven 11 Mar à 19:27

Dark city. 1998. Le film d’Alex Proyas est d’inspiration Gilliamesque notamment dans les plans tout d’abord. Ils sont resserrés avec une fausse profondeur de champ. Le spectateur est confronté à un dédale de rues où il ne sait pas vraiment dans quel univers le réalisateur Proyas le parachute, une impression de ne pas pouvoir se mouvoir comme le sujet principal dans sa quête de la vérité. Il est question de L’iris, le regard prend une place omniprésente que ce soit dans les objets ou la nature, un jeu s’opère entre poursuivant et poursuivit tout comme dans Brazil entre Jill et Sam.
L’univers labyrinthique de Schreber, le docteur, possède son mini dédale, l’infiniment petit face au monde plus grand se côtoie. Le couple, Murdoch et la jeune femme qu’il désire, est mis en parallèle spatialement avec un rat male noire et à supposer une femelle blanche. Nous avons une lutte du bien et du mal avec le dernier combat Murdoch et le chef des étrangers. L’instrument de torture circulaire où John Murdoch, le personnage principal est attaché fait penser à l’image du christ en quelque sorte sur sa croix.
Le spectateur découvre une société qui est manipulée, carcérale, où rien n’existe au-delà du mur. La fin modifie ce paramètre et ressemble au court métrage L’Assurance Permanence Crimson lorsque le bateau pirate anglais bascule hors du monde. Toute une manière de repenser le monde nous est encore proposé tout comme le film Matrix des frères Washowski développe la même idée. Le film pose des questions sur les rêves, sur ce qui se passe lorsque nous dormons, si ils changent ou influencent notre vécu, si on peut m’enlever ou manipuler mes rêves ? Il aborde également la peur de l’étranger, la peur extraterrestre, d’être la proie d’une autre forme de vie. La façon de bouger des « étrangers », ceux qui agissent dans l’ombre et veulent conquérir le monde pour évincer l’élu renvoie à l’uniformisation. Ils agissent dans un même ensemble chorégraphié, les hommes deviennent des machines. Leur manteau me fait penser à la gestapo. L’enfance est quasi inexistante, celui que l’on voit est cruel, sans âme et très envié par ce groupe de terroristes spirituels qui n’est pas sans rappeler ceux qui sévissent au nom de l’état et de la loi dans le roman de Orwell. Alex Proyas aborde la manipulation scientifique, la robotisation et s’oppose à une évolution qui écrase les individus plutôt que de les propulser.
La religion est sous jacente mais le chef de l’armée des ombres, des étrangers qui veut conquérir le monde et le mettre sous son joug peut être assimilé à un gourou qui embrigade les âmes. L’élément liquide est prit comme un retour à la vie ou un baptême : une renaissance. Le personnage principal remet un poisson rouge dans l’eau de sa baignoire, situation qui rappelle la scène de fin avec la jeune femme de dos sur le ponton « du bout du monde » habillée de son manteau rouge face à l’océan. Murdoch représente l’ange gardien, ses mains protectrices enveloppent le poisson rouge comme Anna la jeune femme brune qu’il va suivre à la fin à Shell Beach, la terre promise.
Il y a un phare qui laisse supposer que d’autres individus existent soit cet infiniment grand inconnu. Il y a un peut être le symbole de la réunion du couple. Le phare à un symbole sexuel par sa forme de phallus.

Le passé lumineux de Murdoch s’apparente à Norman Rockwell et le présent dans le style de Hopper qui est un peu obscur, sombre. L’habillement du personnage de l'inspecteur Bumstead et de Anna la brune énigmatique renvoie à l’accoutrement de Sam dans Brazil.
Le distributeur mural de la cafétéria montre de drôles de plats, difficiles à reconnaître, ils rappellent les boules vertes et oranges qui sont servit à Sam et sa mère au restaurant. Alex Proyas mélange lui aussi le moderne et l’ancien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruttenholm
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 6634
Localisation : ah ben c'est le sud-est de la france en fait... j'avoue...
Date d'inscription : 12/12/2004

MessageSujet: Re: Alex Proyas   Ven 11 Mar à 19:41

Difficile de passer derrière une critique si patiemment écrite et argumentée, mais pour ma part je ne ressens aucune attirance pour Dark City, et après l'avoir vu je le rangerais plutôt sur l'étagère des films pourris (tout ça ne regarde que moi bien entendu)... La faute à une idée de départ certes alléchante (et encore, ça sent la resucée des thèmes de Philip K. Dick sur la relativité de la réalité, est-ce ce que nous voyons ou non, lythe de la caverne de Platon etc... ce qui a d'ailleurs été largement repompé dans Matrix), mais sous-exploitée au point que l'intrigue se résume à suivre un mec paumé sur un chemin qui ne ménage au spectateur aucun indice qui permettrait d'impliquer celui-ci en lui faisant ce poser des questions sur la finalité de tout-ceci... Ajouté à ça une esthétique qui se veut chic mais contraint toute la mise-en-scène à une certaine rigidité et qui au final livre bien des moments de mauvais goût artistique (mention spéciale aux "méchants" et aux extraterrestres, oups spoiler)... Tiens ça rappelle matrix ça aussi... Pour parachever tout ça, il faut dire un mot des acteurs et actrices qui se débattent pour exister dans tout se dispositif en toc mais qui n'ont rien à quoi se rattacher et qui ont rarement été si transparent et, disons-le, mauvais (Kiefer Sutherland dans "j'en fais des caisses et je vous emmerde", Jennifer Connely dans "qu'est-ce que je fous là ?", William Hurt dans "je paye mes impôts")... Bref un film que j'avais vite fait d'oublier, je vous en veux donc beaucoup de m'obliger à m'en souvenir Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulut
Amateur de mescaline
avatar

Nombre de messages : 787
Age : 40
Localisation : alsace
Date d'inscription : 21/11/2004

MessageSujet: Re: Alex Proyas   Ven 11 Mar à 20:11

La fin m'a laissé perplexe, assez naze en fait un peu "je vous en fous plein la gueule pour pas un rond" à l'inverse de I Robot où là je préfère la fin car l'ensemble est comme la fin du premier.............

oui le perso du doc est agaçant...........
william hurt oui là encore je suis ok, dommage c'est un acteur intéressant!

en fait oui mais pourquoi ce film me plait????

l'esthétisme surtout!!! la lux!
le changement qu'opère la ville selon les vies et les rêves qui sont volés aux individus.

et puis l'histoire du petit poisscaille avec la jeune femme (même plan dans requiem for a dream= tres beau film soit dit en passant, très trash aussi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruttenholm
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 6634
Localisation : ah ben c'est le sud-est de la france en fait... j'avoue...
Date d'inscription : 12/12/2004

MessageSujet: Re: Alex Proyas   Ven 11 Mar à 21:48

Un esthétisme totalement hors de propos d'ailleurs, vu que cette esthétique néo-expressionisme est un gros néon clignotant "film fantastique-il va se passer des choses étranges"... Une esthétique plus neutre aurait été bien plus payante (ce que pour les Wachowskis ont compris d'ailleurs, même s'ils ont pompé le concept de la "fausse ville-fausse réalité" à "Ouvre les yeux" D'Amenabar, qui n'est pas un chef-d'oeuvre non plus...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Safedreams
Sait raconter de belles fables
avatar

Nombre de messages : 831
Localisation : Arles
Date d'inscription : 17/11/2004

MessageSujet: Re: Alex Proyas   Dim 17 Avr à 13:42

Je suis partagé pour ce film. Je ne sais que trop penser de l'esthétisme qui est très originale et belle d'une certaine manière mais en même temps super sombre et glauque qui m'est désagréable et oppressant. Mais c'est le but non ?

Je trouve que cela se rapproche énormement de l'esthètique de "la cité des enfants perdus" et même de "Brazil" dans l'univers oppressant, basé sur le mensonge, mélange de fiction et réalité, un peu Kafkaien... Si je ne n'aime pas trop cet univers ultra glauque, je le trouve au moins interressant et original même s'il ya inévitablement quelques repompages dans les thèmes récurrents de la SF, CF bruttenholm...

Cela dit, Proyas au même titre que Jeunet et Caro, Burton ou un Del toro, sont comme Gilliam des grands directeurs artistiques pouvant créer des univers originaux, très esthétiques et finalement singuliers. C'est ce que j'aime chez lui. Et c'est précieux.

Le problème d'un "I robot", c'est qu'il est bien fait en tout point mais lisse et fade, sans les nécessaire originalité, prises de risques artistiques d'un "dark city" qui a raison, est aimé ou détesté selon les gens mais qui ne laisse pas indifférent. Ce cinéma, qui ne laisse pas indifférent, c'est le cinéma que doit aimer Gilliam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulut
Amateur de mescaline
avatar

Nombre de messages : 787
Age : 40
Localisation : alsace
Date d'inscription : 21/11/2004

MessageSujet: Re: Alex Proyas   Ven 6 Mai à 17:00

ce qui me parait interessant c'est l'utilisation des formes pour exprimer quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swiss Python
Sait raconter de belles fables
avatar

Nombre de messages : 892
Age : 42
Localisation : Suisse par instant, Paris le plus souvent...
Date d'inscription : 12/04/2005

MessageSujet: Re: Alex Proyas   Mar 4 Oct à 15:48

"Knowing" prochain film de Proyas suivra les pas d'un homme qui découvre un objet datant des années 50 contenant des dessins d'enfants semblants prédire l'avenir.

Un dessin en particulier retient son attention puisqu'il décrit d'horribles événements qui se sont déjà produits... mais l'un d'eux ne s'est pas encore passé.

Il devra alors faire son possible pour empêcher cette catastrophe !

Oui ça peut laisser un peu perplexe, mais moi qui ai vraiment aimé "Dark City" malgré tous ses défauts j'y crois !!!

_________________
Mon blog cinéma :
http://imaginariumdudocteurcinema.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Safedreams
Sait raconter de belles fables
avatar

Nombre de messages : 831
Localisation : Arles
Date d'inscription : 17/11/2004

MessageSujet: Re: Alex Proyas   Mar 4 Oct à 16:37

Interressant..mais pourra t il en faire un film d'auteur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vintage
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 7301
Localisation : Dans la forêt lointaine...
Date d'inscription : 20/11/2004

MessageSujet: Re: Alex Proyas   Mar 4 Oct à 16:43

Swiss Python a écrit:
"Knowing" prochain film de Proyas suivra les pas d'un homme qui découvre un objet datant des années 50 contenant des dessins d'enfants semblants prédire l'avenir.

Un dessin en particulier retient son attention puisqu'il décrit d'horribles événements qui se sont déjà produits... mais l'un d'eux ne s'est pas encore passé.

Il devra alors faire son possible pour empêcher cette catastrophe !

Oui ça peut laisser un peu perplexe, mais moi qui ai vraiment aimé "Dark City" malgré tous ses défauts j'y crois !!!

Il sera certainement plus à l'aise avec ce projet. L'adaptation de I Robot est une insulte à l'univers flamboyant d'Asimov...on voit parfaitement dans ce cas le calibrage et le formatage STUDIO.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruttenholm
Floodeur ! Bouhh la honte !!!
avatar

Nombre de messages : 6634
Localisation : ah ben c'est le sud-est de la france en fait... j'avoue...
Date d'inscription : 12/12/2004

MessageSujet: Re: Alex Proyas   Mar 4 Oct à 18:20

Interressant..mais pourra t il en faire un film ?







('pas pu m'empêcher)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alex Proyas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alex Proyas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gods of Egypt - Alex Proyas
» DARK CITY (1998,Alex Proyas)
» Dracula zéro de Alex Proyas
» Dark City de Alex Proyas...
» The Crow - Alex Proyas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Safedreams :: Catégorie à modifier... :: Les autres auteurs Gilliamesques-
Sauter vers: