Safedreams

Forum consacré à Terry Gilliam
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Terry Gilliam : L'université

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Safedreams
Sait raconter de belles fables
avatar

Nombre de messages : 831
Localisation : Arles
Date d'inscription : 17/11/2004

MessageSujet: Terry Gilliam : L'université   Jeu 18 Nov à 3:23

L’Université.

Comme George Perry le dit dans son livre, la vie de Python : "Terry est allé au lycée de Birmingham où il pouvait (en raison des normes éducatives atrocement basses qui régnait alors en Californie méridionale) mener de front sa présidence du corps d'étudiant, son désir de devenir roi de la promo des étudiants en retard, et se faire choisir comme pupille pour espérer réussir. Son aspect d'alors était celui d'un gag effrayant, avec une coupe à la brosse d'une sévérité du corps des marines."

Après avoir reçu son diplôme du lycée il s’est inscrit dans la petite université Occidental de Los Angeles. Cette université petite relativement aux Etats unis ( c’est à dire 1200 à 1500 étudiants) jouissait d’une très bonne réputation et le corps étudiants était composé pour la grande majorité de fils à papa prestigieux ou issues des bonnes familles. « C’était comme être en sécurité, un monde sûre ou tout le monde est intelligent et ou vous pouvez commencer à faire des blagues d’un certain niveau ». Continuant son petit bonhomme de chemin Terry a alors pratiqué un bon nombre de petits boulots pendant ses études comme le travail à la chaîne de montage de l'usine locale de Chevrolet. Mais en même temps que ses talents de dessinateur se développaient, Terry se rendait compte qu'il pourrait payer son loyer avec ses dessins.

Après avoir commencé des études de sciences physiques (il a eu un penchant pour les sciences et les mathématiques), il a changé de cursus après seulement six semaines en se réorientant vers les beaux arts. Il constatera très vite que les professeurs ont rendu la matière extrément terne et sera dans l’incapacité de pouvoir communiquer avec son professeur d’histoire de l’art. Il a donc finalement abouti à science politique avec un cours suffisamment réduit et fragmenté pour lui donner le temps de travailler dans le magazine de l'université.

Il reprend ainsi la direction de la revue universitaire FANG. Selon Christophe Goffette (expert français de Terry Gilliam) il transforme rapidement le magazine « d'une feuille de choux toc gentiment humoristique en une publication hautement satirique et pernicieuse, sur le modèle du magazine MAD dirigé par Harvey Kutzman qu'il vénère » (et qui deviendra un personnage de « Brazil »). Terry à cette époque enverra à Kurtzman des copies de FANG et gagnera sa confiance.

Après avoir abandonné sa carrière de missionnaire, Terry avait pour ambition de combiner ses véritables talents artistiques avec un vrai métier. Son attention s’est alors portée sur l’architecture (goût que l’on retrouvera dans la plupart de ses films). Pendant un été, il a donc travailler au siège d’une société d’architecture et s’est trouvé confronté (pas pour la dernière fois) au démon de la compromission. « J’ai pensé que c’était écoeurant ». « Cette firme était l’une des plus prospères de L.A mais ils étaient surtout très bons pour docilement courber l’échine afin de satisfaire la clientèle plutôt que de se battre pour de bons designs. C’est d’ailleurs probablement pourquoi ils avaient autant de succès ! ». On retrouvera d’ailleurs cette expérience dans la première scène du film « Brazil » avec le slogan publicitaire de la compagnie « Central Services » : « Différentes couleurs répondant à vos goûts personnels »…

De même, un autre été, Terry va travailler dans un camp de vacances pour enfants (de célèbrités) et se trouvera confronté à ses premiers problèmes de production. (comme pour le démon de la compromission, ce ne sera pas la dernière fois qu’il aura des problèmes de production !) En tant qu’enseignant de théatre, Terry avait la charge de produire le spectacle de fin d’été. Il a alors choisi pour ce spectacle de mettre en scène Alice aux pays des merveilles. Cependant la production allait très rapidement tombée dans une spirale incontrôlable. « Le plus important était le week end des parents » se souvient Gilliam à propos de ce moment très formateur. « J’avais tout ces invités prestigieux (les parents célèbres) et peut être une semaine avant l’évênement je disais "On va pas y arriver. C’est un désastre. Rien est prêt". C’était un total bordel. "On s’est beaucoup trop chargé, c’était si désorganisé. Et en plus, j’avais fait du battage autour de cet événement et la pièce centrale du week end des parents n’était pas là" ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Terry Gilliam : L'université
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» THE ZERO THEOREM - Terry Gilliam
» [Terry Pratchett ] Les annales du disque-monde Tome 6 : Trois soeurcières
» Brazil
» [Drame Fantastique] Tideland de Terry Gilliam (2006)
» Terry Gilliam : son ‘Don Quichotte’ n’a plus de budget

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Safedreams :: Catégorie à modifier... :: Tout sur Terry Gilliam Himself-
Sauter vers: